POUR REPRENDRE LA MAITRISE DE NOS ETABLISSEMENTS SCOLAIRES

POUR REPRENDRE LA MAITRISE DE NOS ETABLISSEMENTS SCOLAIRES

17 févr. 2021

POUR REPRENDRE LA MAITRISE DE NOS ETABLISSEMENTS SCOLAIRES

La question de la carte scolaire pour l’année prochaine est un sujet sensible. Un grand nombre de parlementaires a relayé les problèmes posés par les propositions des instances académiques jusqu’au Ministère de l’éducation Nationale.

J’ai pris ma part à cette interpellation en accompagnant les élus, parents d’élèves et enseignants qui m’ont sollicité ces dernières semaines.

Sept questions ont ainsi été envoyées aux services du Ministre, chacune a été rédigée en fonction des éléments donnés par les personnes concernées.

J’ai ainsi pu toucher les réalités, car il y en a un grand nombre attaché aux spécificités départementales et locales, et comprendre la diversité de la question scolaire dans les côtes d’Armor.

J’ai ainsi pu comprendre qu’il fallait se donner les moyens de combattre la conception archaïque de l’enseignement qui est mise en œuvre par ce gouvernement sous l’idée d’école inclusive.

La mise en place de la carte scolaire est un processus en deux temps qui est validé de manière prospective en janvier et définitive après la rentrée. Elle se répète ainsi chaque année, de sorte qu’aucune commune ne peut rester longtemps à l’abri.

Il y a des constantes dans son élaboration depuis plusieurs exercices, notamment dans l’application d’une logique de redistribution de postes sans véritables créations, mais aussi dans l’affaiblissement des dispositifs voulus pour combattre l’échec scolaire comme les RASED ou les ULIS en ne formant pas de nouveaux enseignants.

L’école inclusive est un nivellement par le bas du système éducatif qui, en bannissant l’idée de structures spécifiques, ne fait que renforcer les inégalités sociales. Au bout du compte, seuls les enfants issus des milieux les plus favorisés s’en sortiront, les premiers de cordées prendront leur place et ceux qui ne sont rien resteront en bas de l’échelle. C’est une vision de la société profondément déterministe, injuste et inégalitaire.

Ces inégalités sont à la fois sociales et territoriales, les zones rurales sont aussi frappées par les baisses de moyens.

J’en appelle aujourd’hui à tous les habitants de notre département, élus, enseignants, parents d’élèves pour que nous inventions ensemble une autre perspective.

Nous ne devons plus seulement attendre chaque année que les autorités rectorales rendent leur copie pour protester et obtenir des aménagements à la marge, même si chacun d’entre eux est une victoire au bénéfice des élèves et des familles.

Je vous propose de nous regrouper pour fédérer nos territoires et établir ensemble un état des lieux et des besoins. Nous serions ainsi plus forts pour mettre en avant nos propres propositions et imposer une nouvelle logique à nos interlocuteurs.

Nous devons populariser notre travail, le rendre public, l’établir sur la durée et nous imposer en anticipant les décisions du ministère et de son administration.

C’est pourquoi je vous invite à me rejoindre dans l’appel que je lance aujourd’hui pour le gel de la carte scolaire, mais aussi à ce que nous nous organisions ensemble pour construire et porter un avenir meilleur pour chaque habitant de notre département.

Gwellaat buhez an dud / Améliorer la vie des Gens - Gérard Lahellec

Plus on est enraciné, plus on est universel - Eugène Guillevic